Les poli­ciers en colère se sont réunis devant tous les tri­bu­naux judi­ciaires de France. Je me suis ren­du à leur ren­contre à Toulouse, échan­geant à cette occa­sion avec les prin­ci­paux repré­sen­tants locaux des syn­di­cats Alliance Police Nationale et Synergie Officiers.

Tous m’ont fait part de leur désar­roi face à la mon­tée de la vio­lence dans les rues, face à une jus­tice qui semble les avoir aban­don­né. Je connais leurs dif­fi­cul­tés, j’ai sou­vent été avec eux sur le ter­rain. Cela fait si long­temps que la poli­tique pénale en France est en com­plet déca­lage avec les réa­li­tés, en dépha­sage avec les attentes de nos conci­toyens. Le com­bat pour une « vie pai­sible » d’Emmanuel Macron se trouve à des années-lumière de la vraie vie. D’ailleurs, au moment où le Président dis­ser­tait sur le sujet devant les poli­ciers à Montpellier, un homme était cri­blé de balles à proximité.

Cette dure réa­li­té n’est même pas per­çue par nos gou­ver­nants aveu­glés par leur idéo­lo­gie et leur incompétence.

J’assure toutes les forces de l’ordre de mon sou­tien plein et entier, de ma déter­mi­na­tion pour endi­guer la pro­gres­sion de la délin­quance et de la cri­mi­na­li­té, en France comme en Occitanie.

Ce n’est pas une fata­li­té : nous pou­vons chan­ger les choses ! J’ai mal­heu­reu­se­ment regret­té que seuls des élus et des repré­sen­tants du Rassemblement National et de la Droite Populaire soient pré­sents. Où étaient les repré­sen­tants de la majo­ri­té muni­ci­pale tou­lou­saine LR ? Ceux de la gauche socia­liste de la région Occitanie ? Ont-ils à ce point renon­cé à défendre nos poli­ciers ? Les Français vic­times de l’insécurité ?

Nous, nous ne lâche­rons rien !