Civilisation

Un bouclier pour défendre nos traditions et protéger nos valeurs communes !
  • Obligation de signa­ture d’une charte d’intérêt public régio­nal pour les asso­cia­tions sou­hai­tant obte­nir des sub­ven­tions de la part de la Région. Elles devront s’engager expli­ci­te­ment à ne pas aider l’immigration illé­gale, l’islamisme, les mou­ve­ments sec­taires de toute nature ou des valeurs contraires aux mœurs natio­nales et aux lois de la République.
  • Interdiction de l’utilisation de l’écriture inclu­sive dans les docu­ments régionaux.
  • Mise en valeur de notre patri­moine his­to­rique, de nos tra­di­tions et de nos langues régionales.
  • Lutte contre l’agri-bashing pour défendre l’image de nos agri­cul­teurs dans la région et à l’étranger.
  • Mise en place d’une jour­née annuelle du sou­ve­nir et de la défense des valeurs de la République dans les lycées de la région. La ques­tion du ter­ro­risme isla­miste contem­po­rain y sera abordée.

Ruralité – Environnement

Aménager la nature pour mieux vivre en ruralité
  • Moratoire sur l’éolien en mer et sur terre. En contre­par­tie, la région sera pion­nière pour l’énergie hydrogène.
  • Remplacement du parc de véhi­cules de la région par des véhi­cules ver­tueux et électriques.
  • Soutien aux agri­cul­teurs locaux : mise en place de chèques ali­men­taires de 10 euros dont 8 euros finan­cés par la région per­met­tant de s’approvisionner chez les pro­duc­teurs locaux pour les étu­diants, les per­sonnes âgées avec de petites retraites et les mères isolées.
  • Développement de par­te­na­riats avec les pro­duc­teurs locaux pour déve­lop­per la vente de paniers de fruits et légumes régio­naux dans les cités uni­ver­si­taires (tarifs raisonnés).
  • Irrigation et défi­cit chro­nique en sto­ckage d’eau : créa­tion de plu­sieurs lacs qui seront dis­sé­mi­nés sur le ter­ri­toire afin d’impacter au mini­mum le milieu naturel.
  • Restauration des cours d’eau régio­naux et des canaux pour que la faune et la flore retrouvent un habi­tat durable. Relier le canal du Rhône à Sète.
  • Lutte contre la dis­pa­ri­tion du fon­cier agri­cole et des petites et moyennes exploi­ta­tions : créa­tion de « comi­tés locaux » pour l’installation et la transmission.
  • Création d’un comi­té des usa­gers de la nature afin de renouer le dia­logue entre les dif­fé­rents acteurs : chas­seurs, pêcheurs, ran­don­neurs, rive­rains et agriculteurs.
  • Création d’un fonds sou­ve­rain de 100 mil­lions d’euros pour pré­ve­nir les catas­trophes natu­relles tou­chant les inter­pro­fes­sions agri­coles et viticoles.
  • Révision du flé­chage des cré­dits de la PAC.

La sécurité retrouvée en Occitanie !

Un bouclier de sécurité efficace en Occitanie
  • Création d’une vice-pré­si­dence à la sécu­ri­té et aux vic­times char­gé de coor­don­ner toutes les actions en la matière.
  • Renforcement du cir­cuit de vidéo-sur­veillance et de l’éclairage public dans les zones à risque. La région finan­ce­ra 50 % des équi­pe­ments en camé­ras et aide­ra à l’embauche de poli­ciers muni­ci­paux pour les com­munes sou­hai­tant pré­ve­nir les risques de délin­quance et de criminalité.
  • Généralisation de la vidéo­pro­tec­tion dans tous les trans­ports en com­mun de la région.
  • Gratuité totale des trans­ports régio­naux aux forces de l’ordre et au ser­vice de pom­piers afin d’augmenter le poten­tiel d’intervenant en cas de nécessité.
  • Renforcement de la pré­sence des forces de l’ordre dans les gares et les trains de la région en coopé­ra­tion avec la SNCF et la Gendarmerie Nationale (réser­vistes) en finan­çant la for­ma­tion des agents.
  • Former tous les agents ter­ri­to­riaux aux pre­miers secours et finan­cer les for­ma­tions des pre­miers secours aux lycéens.
  • Instaurer la gra­tui­té totale, en octroyant des sub­ven­tions aux asso­cia­tions par­te­naires, pour la pra­tique occa­sion­nelle de la défense per­son­nelle à des­ti­na­tion des femmes et des lycéens sous forme de stages ponctuels.
  • La région appor­te­ra une aide juri­dique aux vic­times d’agression dans les TER et se por­te­ra par­tie civile.
  • Établir une conven­tion avec l’État pour réser­ver une part des loge­ments sociaux au relo­ge­ment d’urgence aux vic­times de vio­lences intrafamiliales.
  • Interdire l’usage des TER tem­po­rai­re­ment aux frau­deurs récidivistes.

Mobilités : une région connectée

  • Soutien total à l’aboutissement du finan­ce­ment de la LGV Toulouse – Bordeaux et Montpellier – Perpignan. Nous sommes aus­si favo­rables à la créa­tion du RER Toulousain, condi­tion­né à l’arrivée de la grande vitesse.
  • Construction de l’A69 (bre­telle Verfeil-Toulouse).
  • Lancement d’un appel à pro­jet pour bâtir une ligne auto­rou­tière entre Tarbes et Castres. Poursuite de la trans­for­ma­tion de la RN 124 en route à deux fois deux voies. L’objectif est de réduire les pas­sages de poids-lourds dans les com­munes du Gers.
  • Création de nou­veaux points de covoi­tu­rage et d’intermodalité à proxi­mi­té des gares et à la sor­tie des villes.
  • Création d’un fonds d’investissement régio­nal pour la réha­bi­li­ta­tion des ponts afin d’éviter de nou­velles tragédies.
  • Remboursement des abon­ne­ments de TER aux usa­gers à par­tir de cinq retards dans le mois. Les péna­li­tés ne sont pas suf­fi­sam­ment dissuasives.
  • Soutenir les aéro­ports régio­naux et la poli­tique aéro­por­tuaire de la région en main­te­nant les aéro­ports d’affaires.
  • Sanctuarisation ou réou­ver­ture des lignes de TER à la cam­pagne. Rénovation des rames des trains régionaux.
  • Amplifier le réseau de voies vertes et de pistes cyclables. Développer les espaces de sta­tion­ne­ment sécu­ri­sés pour les vélos aux abords des pôles inter­mo­daux (gares, lycées).
  • Intensifier l’amplitude horaire des trans­ports publics en milieu périurbain.

La santé : la priorité des priorités.

  • Ouverture des loge­ments sociaux aux jeunes pro­fes­sion­nels de la san­té s’ils s’engagent à exer­cer dans la région au moins 5 ans.
  • Création de centres médi­caux d’urgence dans les zones non-cou­vertes par les hôpi­taux avec aide au finan­ce­ment de pla­te­formes tech­niques néces­saires à cet exer­cice pro­fes­sion­nel : infir­me­rie, radio­lo­gie, bio­lo­gie médi­cale. La région avan­ce­ra jusqu’à 50 % du mon­tant du fon­cier et des tra­vaux d’aménagement.
  • Mise aux normes de l’accessibilité des infra­struc­tures : les trans­ports publics seront tous acces­sibles aux per­sonnes en situa­tion de han­di­cap et aux per­sonnes à mobi­li­té réduite (ascen­seurs et rampes).
  • Lancement d’un plan régio­nal pour lut­ter contre les mala­dies chro­niques de la moder­ni­té en par­te­na­riat avec des pro­fes­sion­nels de la san­té (obé­si­té, détresse psy­cho­lo­gique, troubles ali­men­taires, iso­le­ment des per­sonnes âgées).
  • Financement com­plet des équi­pe­ments de vidéo-pro­tec­tion pour les pro­fes­sion­nels de san­té libé­raux exer­çant dans des zones à risque.
  • Faire de l’Occitanie un pôle de recherche en viro­lo­gie pour pré­ve­nir les pro­chaines pan­dé­mies, en par­te­na­riat avec le can­cé­ro­pôle de Toulouse et les CHU de Toulouse et Montpellier.
  • Création d’une uni­té de pré­ven­tion des com­por­te­ments addic­tifs et à risque, en par­te­na­riat avec les addic­to­logues et les pro­fes­sion­nels de la san­té men­tale, à des­ti­na­tion des publics fra­giles (jeunes, mères iso­lées, per­sonnes en situa­tion de chô­mage de longue durée).
  • Equiper les bâti­ments publics appar­te­nant à la région et les lycées en puri­fi­ca­teurs d’air.
  • Création d’une cel­lule Sport et Santé pour lut­ter contre les ravages de la sédentarité.

Economie

  • Révision du sub­ven­tion­ne­ment de l’éco­no­mie sociale et soli­daire régio­nale. Les cré­dits pré­ser­vés seront des­ti­nés aux sec­teurs éco­no­miques dure­ment tou­chés par la crise.
  • Réimplanter des pôles indus­triels en dehors des métro­poles grâce à de grands pro­jets (exemple de la créa­tion de la filière hydrogène).
  • Investir dans les équi­pe­ments per­met­tant le dyna­misme éco­no­mique : fret (fer­ro­viaire, flu­vial, mari­time), mobi­li­tés (TER, auto­routes), plu­tôt que de dis­tri­buer des sub­ven­tions qui ne pro0tent qu’à un petit nombre. Fin des zones blanches en matière de trans­ports et de numérique
  • Créer un conseil mixte des acteurs éco­no­miques afin de rendre plus concret notre sché­ma de déve­lop­pe­ment économique
  • Ne plus perdre les fonds euro­péens. Chaque année, nous n’arrivons pas à dis­tri­buer 50 % de ces fonds qui sont pour­tant alloués aux régions pour aider les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales et les entre­prises locales.
  • Soutien à la créa­tion de cur­sus « retour à l’emploi » au sein des uni­ver­si­tés par des for­ma­tions en alter­nance dédiées aux per­sonnes en situa­tion de recon­ver­sion pro­fes­sion­nelle ou de recherche d’emploi.
  • Financement d’un bilan de com­pé­tences à des­ti­na­tion des entre­pre­neurs et agri­cul­teurs en situa­tion de recon­ver­sion pro­fes­sion­nelle, pour les aider à accé­der aux for­ma­tions dédiées et à opti­mi­ser leur réin­ser­tion sur le mar­ché de l’emploi. Financement de cycles de for­ma­tions en ges­tion comp­table, juri­dique et pour la digitalisation.
  • Evaluation de la san­té des struc­tures via le finan­ce­ment par­tiel d’un audit réa­li­sé par des  pro­fes­sion­nels, per­met­tant de sou­te­nir et de cor­ri­ger en amont les dif­fi­cul­tés aux­quelles font face nos entrepreneurs.
  • Aide à la reprise, au main­tien ou à la réim­plan­ta­tion de com­merces de proxi­mi­té dans les zones rurales.
  • Privilégier les prêts et les avances pour les groupes ins­tal­lés, afin de des­ti­ner les sub­ven­tions directes aux TPE et aux créa­teurs d’entreprise qui ont le plus besoin de trésorerie.

Tourisme

  • Favoriser les for­ma­tions tou­ris­tiques et hôte­lières, en col­la­bo­ra­tion avec les pro­fes­sion­nels de ces sec­teurs d’activités et tour­né vers l’international.
  • Développer un tou­risme d’affaires et d’événementiel en s’appuyant sur les richesses éco­no­miques dont dis­pose notre territoire.
  • Développer un tou­risme cultu­rel en lien avec notre patri­moine régional.
  • Démoustiquer afin de pro­té­ger le lit­to­ral, ses habi­tants ain­si que les tou­ristes venant décou­vrir notre région.
  • Aider le tou­risme vert et l’œnotou­risme.