Tribune de Jean-Paul Garraud, publiée le 29 avril 2021 dans le maga­zine Valeurs actuelles.
Alors que l’État vient d’an­non­cer une aide de 4,1 mil­liards d’eu­ros pour la ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse, Jean-Paul Garraud, can­di­dat aux élec­tions régio­nales en Occitanie pour le Rassemblement natio­nal, rap­pelle que les pro­messes s’ad­di­tionnent depuis plus de trente ans, que ce soit par la classe poli­tique locale, comme nationale.

L’Occitanie reste la région la plus encla­vée de France. En cause, l’absence de lignes à grande vitesse. Ce ne sont pas les rumeurs de der­nière minute fai­sant état d’un enga­ge­ment d’Etat de 4,5 mil­liards d’euros qui seront de nature à nous ras­su­rer, tant les pro­messes n’engagent en réa­li­té que ceux qui les écoutent.

En début de semaine, Jean Castex annon­çait le finan­ce­ment pour plus d’un mil­liard d’euros de la LGV entre Nice et Marseille. Nous nous deman­dions alors ce qu’il allait adve­nir de la liai­son Toulouse-Bordeaux cen­sée per­mettre de relier la ville rose à la capi­tale en 3h10 de tra­jet. Quatrième ville de France, Toulouse est aujourd’hui la der­nière capi­tale régio­nale sans ligne à grande vitesse, ce qui ne manque pas de sur­prendre avec un gou­ver­ne­ment ayant fait du déve­lop­pe­ment du réseau fer­ro­viaire l’une de ses prio­ri­tés en matière de mobi­li­té. Mais sur­prise, La Dépêche du Midi s’est fait l’écho, mer­cre­di 28 avril, de la volon­té du gou­ver­ne­ment de s’engager dans la pré­ci­pi­ta­tion pour que la ligne Toulouse-Bordeaux soit enfin mise en chantier !

Un calen­drier éton­nant qui cache dif­fi­ci­le­ment l’agenda poli­tique du gou­ver­ne­ment… bizar­re­ment concor­dant à celui de Carole Delga, autre­fois secré­taire d’Etat sous François Hollande « en même temps » qu’un cer­tain Emmanuel Macron. D’un coût glo­bal éva­lué à 7 mil­liards d’euros, la liai­son Bordeaux-Toulouse […] 

Lire la suite sur valeursactuelles.com