- Agence France Presse

Le dépu­té UMP de Gironde, Jean-Paul Garraud, membre de la Droite popu­laire, s’in­ter­roge mar­di sur la per­ti­nence du “main­tien d’un cor­don sani­taire autour du Front natio­nal”, dans un entre­tien à 20 Minutes.fr.

“Les gens ne font plus la dif­fé­rence entre les par­tis au sein du bloc de droite. Sur le ter­rain, nous, élus de la Droite popu­laire, enten­dons sans arrêt la ques­tion sui­vante de la part des sym­pa­thi­sants de droite: +Nous per­dons sans arrêt les élec­tions alors que les valeurs que nous défen­dons sont majo­ri­taires. Quand est-ce que vous vous enten­drez avec le FN ?+”, déclare M. Garraud, en bal­lot­tage dif­fi­cile dans la 10e
cir­cons­crip­tion de la Gironde.

“Une demande popu­laire existe, on ne peut le nier. Il nous appar­tient d’en tirer les consé­quences”, ajoute M. Garraud, qui avait déjà sus­ci­té la polé­mique au len­de­main de la pré­si­den­tielle en posant la ques­tion du “rap­pro­che­ment” avec le FN et en se deman­dant s’il fal­lait deve­nir “prag­ma­tique” ou res­ter “dans les blo­cages idéo­lo­giques”.

Selon lui, “il y a un cer­tain nombre de convic­tions com­munes avec le FN, notam­ment sur le sou­ci de pré­ser­ver notre iden­ti­té fran­çaise”.

“Mais il existe aus­si des dif­fé­rences, comme sur l’Europe ou la peine de mort. Une majo­ri­té des élec­teurs du FN ne sont pas des extré­mistes, des pes­ti­fé­rés. La ques­tion du main­tien d’un cor­don sani­taire autour du FN se pose donc. C’est la res­pon­sa­bi­li­té de la Droite popu­laire que d’y répondre. Après les élec­tions, nous nous réuni­rons et nous y répon­drons”, déclare-t-il.

M. Garraud estime-t-il que UMP et Front natio­nal appar­tiennent au même “bloc” ? “A par­tir du moment où le bloc de gauche, c’est la gauche et l’ex­trême gauche, le bloc de droite, c’est la droite et l’ex­trême droite”, répond-il.