Je viens d’être infor­mé que Marine Le Pen et moi-même ne serions pas reçus demain par le syn­di­cat des mana­diers. Ils auraient subi des pres­sions poli­tiques d’é­lus PS. Si tel est bien le cas, il s’a­gi­rait de manœuvres anti répu­bli­caines graves. Cette gauche sec­taire ne res­pecte pas la démo­cra­tie. Par ailleurs, il est indigne de mena­cer des pro­fes­sion­nels déjà en grande dif­fi­cul­té. Le PS sent que ses baron­nies lui échappent. Nous sommes unis pour en finir avec ces der­niers féo­daux de mai 1981.